Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
Aikido Champagne-Ardenne     FFAB

Qu'est-ce que l'Aikido ?

Par Pierre Sevin, vice-président de ligue

Ce texte s'inspire de l'introduction à un livre de SAITO Sensei et de la traduction d'un article de la revue Aiki-Journal datant d'une dizaine d'année.

L'AIKIDO est bien entendu un Art Martial -d'aucuns préférant dire une "Discipline Martiale" - qu'on peut comparer à d'autres techniques de combat bien connues telles que le JUDO, le KARATE, le KUNG-FU ou le TAE-KWON-DO pour ne citer que les plus connues.

Ces techniques ont été popularisées dans les dernières années par certains filmes américains, chinois ou japonais, généralement violents.

Mais l'AIKIDO diffère des autres arts martiaux en ce qu'il ne comporte pas de techniques d'attaque -ce qui reflète parfaitement sa philosophie et ses principes éthiques. 

Les autres arts martiaux possèdent à la fois des techniques agressives et défensives. De plus, tant le Judo que le Karaté ou le Tae-Kwon-Do mettent l’accent sur le côté sportif et la compétition. Le JUDO est d’ailleurs devenu discipline olympique depuis 1964 –le TAE-KWON-DO depuis 2000 – le KUNG-FU-WU-SHU et le KARATE attendent encore, ce dernier sport pouvant accéder aux J.O. en 2012.

Délégué du Japon et créateur du judo, maître Jigoro KANO avait, en 1938, participé à la réunion du Comité International Olympique au Caire (Egypte) Maître KANO est d’ailleurs décédé sur le bateau qui le ramenait du Caire au Japon. Lors de cette réunion, il s’était montré défavorable à l’inscription du Judo dans les disciplines olympiques. Son élève, Maître Minoru MOCHIZUKI (1907-2003), grand expert en divers arts martiaux et créateur du style YOSEIKAN BUDO, disait un jour que le Judo s’était en quelque sorte « dévoyé » (littéralement « sorti de la voie », du DO) en devenant sport de compétition plutôt que moyen d’éducation.

Mais revenons à notre propos qui est de définir ce qu’est l’AÏKIDO. Cet art met l’accent sur le nécessaire développement spirituel, philosophique et psychologique de l’individu par l’acquisition d’une habileté physique dans l’art de se défendre contre toute agression –alors que la plupart des pratiquants de sport de combat considèrent le plus souvent que la victoire est le but le plus important à atteindre.

L’AÏKIDO conserve sa dimension éthique qui se veut présente à l’esprit de chacun, tant à l’extérieur qu’à l’intérieur du DOJO.

L’AIKIDOKA n’a pas besoin d’être violent pour être efficace. Plus même, s’il se montre violent il transgresse les principes de l’Aïkido qui, se réclamant de l’harmonie et de l’union, interdisent de blesser l’autre.

Dans la vie quotidienne, un Aïkidoka, conscient et responsable sent ou pressent les situations qui risquent de devenir conflictuelles ou violentes dans quelque circonstance que ce soit.

Il anticipe et vite les risques d’affrontement physique –ou autre- et développe en lui des qualités de vigilance, de confiance en soi et même –pourrait-on dire- de prescience.

Il est certain que pour atteindre ce but, il faut des années de pratique, car la pratique sincère apporte, outre l’habileté physique, une plus grande compréhension de la nature humaine.

Il est non moins certain qu’avec des buts aussi distincts de ceux des autres arts martiaux, l’Aïkido attirera les personnes intéressées par le principe d’harmonie et de résolution des conflits.

Celles qui sont d’abord intéressées par l’acquisition de techniques de combat pour la défense individuelle ou par la pratique de la compétition sportive, vont évidemment se tourner vers d’autres arts martiaux.

Mais cela ne signifie pas pour autant que les techniques d’Aïkido ne soient pas efficaces ou que la pratique soit sans vigueur.

Les techniques d’Aïkido, telles qu’enseignées par le fondateur Maître UESHIBA Morihei étaient très fortement martiales. Elles s’exécutaient et s’exécutent avec vigueur mais sans intention violente. Des clefs articulaires puissantes et des immobilisations effectives permettent de contrôler l’adversaire sans risquer de le blesser.

Les techniques d’Aïkido sont susceptibles d’occasionner des dommages certains et même d’entraîner la mort. Toutefois les principes de l’Aïkido sont formellement opposés à de tels comportements destructeurs.

En Aïkido, l’efficacité résulte d’un bon placement, d’un bon centrage par rapport à votre partenaire (auquel vous « volez son centre » en devenant vous-même le centre du mouvement) et d’un bon « timing » dans la réalisation de la projection ou du contrôle.

C’est pour cela que le « AÏ »  de l’AÏKIDO signifie plus « UNITE » qu’ "HARMONIE"

Si vous ne réalisez pas l’unité dans votre placement et avec le déplacement de votre partenaire, peut-être pourrez-vous effectuer votre technique, mais ce sera « en force », brutalement et douloureusement.

Alors qu’il est important en Aïkido de ne pas blesser Aïté (le partenaire) –ni de se blesser soi-même.

Voilà un principe capital de la discipline qu’il nous faut toujours garder à l’esprit.

P. SEVIN, le 17 décembre 2008 

Partager cette page

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :